Minceur

8 raisons qui expliquent votre prise de poids :

 

8 raisons qui expliquent votre prise de poids :

Les kilos en trop résultent habituellement des excès alimentaires ou du manque d’exercice, mais ils peuvent également s’expliquer par des causes médicales.

S’il est vrai qu’on prend généralement du poids quand on mange trop et qu’on ne fait pas suffisamment d’exercice, les kilos en trop peuvent également avoir une origine médicale. Les huit affections et médicaments suivants pourraient expliquer votre surpoids.

1. La coupable: l’hypothyroïdie

Dans ce cas, votre thyroïde, glande en forme de papillon située à la base du cou, ne produit pas suffisamment d’hormone thyroïdienne, qui joue un rôle crucial dans l’équilibre métabolique. Le métabolisme étant au ralenti, tout ce que vous consommez est stocké sous forme de graisse plutôt que d’être converti en énergie. «C’est une maladie auto-immune courante qui touche six fois plus de femmes que d’hommes», explique le docteur John Dornan, directeur de l’Active Living Clinic de Saint John (N.-B.).

Si votre médecin pense que vous souffrez d’hypothyroïdie, il pourra vous faire passer une épreuve à l’hormone thyréotrope (TSH) pour vérifier le fonctionnement de votre glande et, au besoin, vous prescrire l’hormonothérapie.

2. Le coupable: contraceptif oral (la pilule)

La plupart des pilules contraceptives sont composées de deux hormones, la progestine et l’œstrogène, qui préviennent l’ovulation avec une efficacité d’environ 99%. Elles présentent toutefois l’inconvénient de favoriser un léger gain de poids. «Cela est dû à l’effet qu’exerce l’œstrogène sur le stockage des gras par l’organisme, les nécessités de l’évolution ayant imposé au corps de la femme de prendre du poids afin de nourrir le fœtus en développement», explique Lorraine Watson, professeure adjointe à la faculté de sciences infirmières de l’université de Calgary. «Quand on élève le taux d’œstrogène, ce mécanisme s’en trouve déréglé.»

Vous pourriez demander à faire changer votre ordonnance, les contraceptifs n’exerçant pas tous les mêmes effets, ou encore, avoir recours à des méthodes contraceptives non hormonales, par exemple le condom.

3. Le coupable: antidépresseur

Les antidépresseurs d’ordonnance modifient l’équilibre des substances chimiques du cerveau. Il existe de nombreuses molécules à cet effet, dont les antipsychotiques atypiques, récemment mises au point et considérées comme les plus efficaces. Cependant, selon John Dornan, ces médicaments entraînent un gain de poids. «Dans la plupart des cas, les patients prennent un peu de poids, mais pour certains, le gain est important tandis que, chez d’autres, il est nul», explique-t-il.

Si vous prenez ou êtes sur le point de prendre des antidépresseurs, apportez à votre mode de vie les changements nécessaires pour prévenir ce gain de poids potentiel, par exemple en faisant plus d’exercice, en modifiant vos habitudes alimentaires et en dormant suffisamment.

4. Le coupable: diabète de type 2

Le diabète de type 2 se manifeste par une production insuffisante d’insuline ou une résistance à cette hormone. Si l’embonpoint est en cause dans cette maladie, les traitements antidiabétiques entraînent, de leur côté, un gain de poids. «L’insulinothérapie et diverses autres catégories de médicaments sont associées à un gain de poids», confirme John Dornan.

En plus de vous conseiller sur les changements à apporter à votre mode de vie, par exemple faire plus d’exercice et manger moins, votre médecin pourrait également vous prescrire de la metformine, médicament ne provoquant pas de gain de poids. Mais il faut savoir qu’il ne convient pas à tous.

5. Le coupable: syndrome de Cushing

Cette maladie rare, également appelée hypercotisolicisme, consiste en une surproduction de cortisol par les surrénales, glandes qui contribuent à réguler la pression artérielle et le métabolisme. Parmi les symptômes, il faut compter le gain de poids (particulièrement dans la partie supérieure du tronc, ainsi qu’au niveau du cou et du visage), la fatigue, l’hypertension artérielle et une élévation de la glycémie. Le syndrome de Cushing est causé par divers facteurs, notamment l’utilisation à long terme d’hormones pour le traitement d’affections telles que l’asthme, ou une tumeur non-cancéreuse.

Selon la cause sous-jacente, on aura recours à l’intervention chirurgicale, la radiothérapie ou un médicament inhibant la production de cortisol pour traiter ce syndrome.

6. Le coupable: syndrome des ovaires polykystiques

Il s’agit d’un déséquilibre hormonal qui entraîne la formation de kystes, ou petits sacs remplis de liquide composés d’ovules n’ayant pas été libérés par les ovaires. Il peut perturber l’ovulation et entraîner un gain de poids, des troubles menstruels, une augmentation de la pilosité sur le visage et, parfois, de l’acné, explique John Dornan. À noter qu’il est également associé à l’insulinorésistance et, par conséquent, au diabète de type 2.

Le médecin vous recommandera d’abord d’apporter certains changements à votre mode de vie et vous prescrira un médicament comme la metformine, qui régule le métabolisme et équilibre les hormones. «On prescrit parfois un thiazolidinédione pour traiter l’insulinorésistance associée au syndrome et limiter le gain de poids», souligne John Dornan.

7. La coupable: œstrogène

À la ménopause, le taux d’œstrogène baisse considérablement, provoquant divers symptômes, dont des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes, pour lesquelles le médecin pourra prescrire l’hormonothérapie de substitution. Or, ce traitement peut entraîner une rétention d’eau. «Cette eau en surplus entraîne forcément un gain de poids, qui dépend de la dose de médicament prescrite, explique Lorraine Watson. A cela s’ajoutent les effets sur le poids du ralentissement du métabolisme associé au vieillissement.»

La seule solution à ce problème est, encore une fois, de revoir vos habitudes alimentaires et votre programme d’exercices afin de tenir compte des changements qu’entraîne la ménopause.

8. Les coupables: stéroïdes

Les corticostéroïdes, auxquels on a recours pour traiter l’arthrite rhumatoïde, l’asthme ou d’autres affections, atténuent l’inflammation douloureuse; en revanche, ils peuvent provoquer de la rétention d’eau. «De plus, les gens sont portés à être physiquement moins actifs quand ils en prennent et, par conséquent, brûlent moins de calories», explique John Dornan. Dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde, on s’en sert pour supprimer l’activité immunitaire. Si ceux que vous prenez vous font grossir et ne vous soulagent pas comme ils le devraient, votre médecin pourrait envisager un autre type de traitement. «Nous avons parfois recours à d’autres immunodépresseurs qui ne provoquent pas de gain de poids mais présentent d’autres effets secondaires», souligne-t-il.

Référence : www.plaisirssante.ca

 

Article recommandé

  • La tendance se confirme en Algérie: Moins de mariages, plus de divorces03 Septembre 2018

  • la Fédération Algérienne de la voile organise le championnat d'été de la voile01 Août 2015

  • 8e Salon de l’Emploi et de l’Entreprenariat “Carrefour Emploi” les 15 et 16 mars à Riadh El12 Mars 2014

  • Comment nettoyer une poêle brûlée ? 22 Mai 2014

  • Salon HSBA (Hygiène, Santé, Beauté et Artisanat)18 Janvier 2018

Commentaires


Laissez un commentaire