Parkings dans les plages d’Alger à la veille du ramadhan, 150 DA la place SVP !

f

Parkings dans les plages d’Alger à la veille du ramadhan, 150 DA la place SVP !

Pour ce week-end, à la veille du ramadhan, les familles étaient nombreuses sur les plages, profitant du beau soleil avant un mois de carême qu’ils entament aujourd’hui et durant lequel les baignades ne sont pas permises.

Un engouement qui n’a pas laissé les gardiens de parkings «indifférents» car ils en ont bien tiré profit en multipliant les tarifs par deux et même par trois. Vendredi, à travers les plages les gardiens des parkings ont placé la barre haut et exigé 150 DA pour le stationnement.

Au pourquoi des automobilistes, les gardiens répondent simplement que «ce sont les nouveaux tarifs». N’ayant pas le choix, les automobilistes cèdent au diktat d’autant que la demande était importante et qu’il n’y avait pas de place pour tous les estivants.

Il s’agit, en fait, du désordre habituel et du gain facile qui prend en otage une clientèle importante qui se trouve face aux menaces si jamais elle décide de ne pas payer les honoraires. Le racket est pratiqué sans peur et avec des propos parfois désobligeants, pour renvoyer les automobilistes à chercher ailleurs. «Pourquoi êtesvous venus si vous ne voulez pas payer ? Allez chercher une place ailleurs…» Tels étaient les propos d’un gardien à un estivant qui protestait la cherté du parking au niveau d’une plage de Zéralda.

Dans leurs propos, les gardiens ressemblent plus au voyous qui imposent leur diktat sans honte et tout en menaçant les clients les moins dociles. Malgré la bataille déclarée par les autorités contre les parkings sauvages, les gardiens clandestins sévissent et pratiquent leur racket en l’absence totale de contrôle.

Avec un parc automobile important, l’insuffisance des parkings publics, tous les ingrédients sont réunis pour que les parkings sauvages sévissent encore en gardant une clientèle prometteuse. Pour les commerçants occasionnels et les petits commerces qui s’installent dans les agglomérations des plages, c’est un autre problème qui se présente avec les comportements des gardiens de parkings. «Ils font fuir la clientèle !» fulminent- ils.

D’après leurs témoignages, ceux qui veulent stationner le temps de prendre un café, des boissons ou des glaces, se rendent comptent que leur consommation coûtera cher lorsqu’ils voient le coût du stationnement. «Je voulais stationner pour prendre un café et on me demande 150 DA pour le stationnement de 20 mn. Au lieu de payer 20 DA je dois dépenser sept fois plus. J’ai décidé de chercher ailleurs, ces habitués du gain facile ne peuvent pas comprendre que leur starifs sont élevés pour la classe moyenne», explique un automobiliste qui a fini par rebrousser chemin. Ce qui est à noter, par ailleurs, c’est que même les prix des tables et des parasols sur les plages publiques sont revus à la hausse cette année.

Au fil des années les plages restent les mêmes, le mauvais service aussi, la seule chose qui change ce sont les tarifs qui augmentent sans justification ni contrôle. Les deux perdants sont bien les clients qui font comme ils peuvent pour passer de bonnes vacances ainsi que le tourisme qui, lui aussi, perd par le biais du mauvais service et le diktat des commerçants clandestins qui échappent au contrôle.

 

source : lejourdalgerie.com

 

Article recommandé

  • Mousse au nutella en 3 minutes :26 Novembre 2014

  • Bejaia : Formation Basics of NLP - Certificat Richard Bandler28 Octobre 2017

  • La table de Chérazad organise un atelier Sushi,Nems et Makis25 Février 2015

  • Séance de Yoga à la Ferme pédagogique de Zeralda06 Novembre 2018

  • Revue de presse. Refus de soins, licenciements… : Les sidéens, ces pestiférés !01 Décembre 2013

Commentaires


Laissez un commentaire