La SAN nous répond : pourquoi est-il si important d’avoir une bonne alimentation ?

 f

La Société Algérienne de Nutrition (SAN) nous répond : pourquoi est-il si important d’avoir une bonne alimentation ?

La Société Algérienne de Nutrition (SAN) a organisé le 26 novembre à l’hôtel Sofitel une table-ronde sur le thème « Le respect de la pyramide alimentaire pour une bonne santé ». Dans le cadre de cette rencontre, le Professeur Malika Bouchenak, Présidente de la SAN, revient sur les résultats de plusieurs études qui démontrent que les habitudes alimentaires des populations ont changé et se sont éloignées du régime alimentaire dit « traditionnel » constitué des groupes d’aliments de la pyramide alimentaire.

 La pyramide alimentaire : qu’est-ce que c’est ?

 

 

 

La pyramide alimentaire est un outil de base qui sert de support éducatif pour aborder l’alimentation équilibrée, et dont la seule illustration suffit déjà à introduire l’existence des différents groupes d’aliments, et des équivalences possibles entre ces groupes(1).

La pyramide alimentaire oriente donc vers un modèle alimentaire type pour une alimentation équilibrée. Par souci de simplification, les quantités sont remplacées par des fréquences d’apparition des aliments au cours de la journée. Les aliments sont classés par groupe, en fonction de leurs principales caractéristiques nutritionnelles(2).

La pyramide méditerranéenne et ses apports pour la santé humaine

Le régime méditerranéen(3) représente un véritable trésor culturel et culinaire prônant la consommation de certains aliments comme les fruits, les légumes, les légumineuses, les grains entiers, les noix, le poisson. De plus, l’un de ses piliers repose sur la consommation des huiles d’olive dont les avantages sont nombreux. A cet effet, l’OMS et la FAO ont reconnu le régime méditerranéen comme un modèle d’alimentation de qualité, sain et durable.(4)

Par ailleurs, selon l’article « The Mediterranean Diet » paru dans l’American Journal of Medicine en octobre 2014, le mode alimentaire méditerranéen permet de réduire considérablement le risque de développer des maladies cardiovasculaires(5), ou d’autres pathologies telles que le cancer du sein, le cancer colorectal, le diabète, l’obésité, l’asthme, la dysfonction érectile, la dépression et le déclin cognitif (6).

L’évolution des habitudes alimentaires

Malgré tous les bienfaits du régime de la pyramide méditerranéenne, les populations se sont éloignées des régimes traditionnels en suivant le régime occidental, riche en céréales raffinées, graisses animales, sucres, viandes transformées, mais très pauvres en légumineuses, céréales complètes, fruits et légumes pour des raisons économiques et financières.

Lancée dans les années 1960 et achevée 15 ans plus tard, l’étude des sept pays7 avait démontré l’impact de cette transition. En effet, l'adhésion au régime méditerranéen par certaines populations a conféré une réduction considérable du risque de maladies cardiovasculaires, mais les changements dans ce régime, au fil du temps, par les populations ayant participé à cette étude pointent vers une augmentation de la consommation d'aliments transformés et de graisses saturées et une diminution d’apport d'aliments d'origine végétale et des acides gras mono-insaturés apportés, notamment, par l’huile d’olive. Ses résultats prouvent aussi que, chez les enfants et adolescents de la région méditerranéenne, de fortes proportions ont mal adhéré au régime alimentaire traditionnel.8

Plus récemment, des études9 ont démontré qu’il existait une relation linéaire entre 3 variables : le coût de la nourriture, le respect des habitudes alimentaires et l’obésité. Ainsi, le volet financier a pris le dessus sur le volet alimentaire10.

L’Algérie, qui vit actuellement une période de transition nutritionnelle11 oeuvre afin d’encourager les citoyens algériens à mieux consommer. Dans ce cadre, l’intérêt du respect de la pyramide alimentaire s’avère crucial pour une qualité de vie et une santé meilleure, notamment dans le cas des maladies chroniques.

 d

L’eau, considérée comme physiologiquement indispensable, est classée à la base de la pyramide. En effet, la quantité d’eau nécessaire à un adulte de taille moyenne, ne fournissant pas d’effort physique particulier, est d’environ 2,5 litres par jour dont environ 1 litre est apporté par les aliments et 1,5 litres par les boissons. Quant aux enfants âgés de 7 à 12 ans, leur besoin en eau est estimé à 2 litres par jour.

 

Le second niveau illustré par le groupe brun est constitué de céréales, féculents, légumineuses et pomme de terre qui représentent la principale source d’énergie dans le cadre d’une alimentation équilibrée.

 

Plus haut, les fruits et légumes représentés souvent en vert et dont l’apport recommandé par l’OMS devrait se situer entre 400 et 600g par jour sont sources de minéraux, de vitamines, d’antioxydants et de fibres alimentaires.

 

Le groupe rouge, au quatrième étage de la pyramide, est source de protéines animales. Il englobe viandes, volailles, poissons et oeufs pour lesquels des portions de 100 à 200g doivent être consommées 1 à 2 fois par jour.

Quant aux produits laitiers, ils doivent être consommés au moins 3 fois par jour, à raison de 900mg pour les adultes et 4 portions par jour, soit, 1200mg pour les adolescents, les femmes à partir de la ménopause et les personnes âgées.

 

Pour ce groupe de couleur bleu, source de calcium, l’idéal est de diversifier les apports, soit l’équivalent de 150ml de lait, 120ml de yaourt et 30g de fromage par jour. Le message que tous les experts s’accordent à faire passer est «consommer des produits laitiers 3 à 4 fois par jour ». En effet, l’OMS recommande pour l’adulte une consommation quotidienne de 500 mg ou plus de calcium. Lors de la croissance, les apports nutritionnels conseillés (ANC) en calcium sont de 900 mg par jour chez l’enfant de 7 à 9 ans et de 1200 mg par jour jusqu’à 19 ans.

 

Au sommet de la pyramide et synonyme de douceur à la fin du repas, les sucreries, les boissons sucrées et les friandises doivent être consommées occasionnellement au risque de se transformer en facteurs de déséquilibre. Enfin, les matières grasses servent d’accompagnement lors de la préparation des plats. Par ailleurs, elles doivent émaner de sources différentes : beurre, huiles d’olives, tournesol, fruits oléagineux, amandes, noix, etc.

 

Enfin, il est important de signaler que l’augmentation du niveau de l’activité physique constitue un objectif de santé publique qu’il est intéressant d’associer aux conseils nutritionnels. L’activité physique n’est cependant pas intégrée dans la pyramide, parce qu’une pyramide alimentaire reste un schéma dont la structure concerne avant tout ce qui est mis dans l’assiette.

 

A propos de la SAN : La Société Algérienne de Nutrition (SAN) est une association scientifique à caractère social, créée depuis trois ans. Elle est domiciliée à l’Université d’Oran et exerce ses activités sur l’ensemble du territoire national. Ses membres adhérents (env. 170) sont en majorité des enseignants-chercheurs, ainsi que des médecins et pharmaciens hospitalo-universitaires, des praticiens libéraux, des fonctionnaires exerçant dans le domaine de l’agroalimentaire et des étudiants doctorants titulaires de magister ou de master. Pour plus d’information : www.san-dz.org

______________________________________________________________________________

 

 1Voir le document annexe.

2 Source : http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/611.pdf

3Régime des habitants des pays méditerranéens

4 Source : http://www.interprofesionaldelaceitedeoliva.com/fr/descargas/prensa/20110412.pdf

5Source : Ancel Keys dans les années 1950 était le premier chercheur à associer le régime type méditerranéen à un faible risque cardiovasculaire

6Source :Widmer et al. The Mediterranean Diet, its Components, and Cardiovascular Disease.Am J Medicine, online 15 October 2014.  

7 Dans l’étude ‘Seven Countries Study’, les sept pays sont : la Finlande, la Grèce, les Etats Unis d’Amérique, les Pays-Bas, l'Italie, le Japon et la Yougoslavie

8Source: Naska, Trichopoulou. Back to the future : The Mediterranenan Diet paradigm. Nutr Metab Cardiovasc Dis, 24, Issue 3, 2014, 216-9.

9Source : Caballero B. Symposium: Obesity in Developing Countries: Biological and Ecological Factors. J. Nutr. 2001; 131: 866S–870S

10 Source : (Bonaccio et al.The Mediterranean Diet: The reasons for a success. Thrombosis Res, 129,3, 2012, 401-4)

11Source : Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière.  

 

Article recommandé

  • Atelier «carnet de voyage» à la Casbah28 Février 2019

  • L'école artistique "ateliers Art'monie ouvre ses portes 01 Octobre 2018

  • Oran/Quand des jeunes algériens démontent les préjugés et stéréotypes racistes ( photos)18 Avril 2016

  • Salon du mariage à Oran05 Février 2019

  • Un chercheur algérien met au point une technique de régénération des déchets en plastique21 Mai 2017

Commentaires


Laissez un commentaire