L'équipe du web magazine zeinelle.com vous souhaite une bonne fête de l'aid

Commenter

Les prix atteignent facilement 60 000 à 120 000 dinars, Trop cher, le mouton de l’aïd

f

À Alger comme à Djelfa, les prix cette année sont loin d’être à la portée des personnes à petites bourses. Alors que le rush a déjà commencé pour acquérir le fameux mouton de l’aïd, la spéculation, les intermédiaires et la cherté des aliments du bétail surgissent, ces jours-ci, pour expliquer, comme à chaque fois, une flambée de plus en plus ressentie. 

C’est confirmé, l’aïd est fixé pour le 24 de ce mois et l’affluence se fait remarquer dans les marchés à bestiaux, mais la demande est vite confrontée aux prix exorbitants. La fête du sacrifice, un symbole de piété et de générosité, semble acquérir depuis plusieurs années la tendance commerciale très lucrative. Le mouton, dans ces circonstances, n’est plus qu’un rêve pour les citoyens à petite bourse.

Il en existe de tous les choix. Des moutons qui attirent par leur poids et leurs grosses cornes. Ces derniers se valent au prix d’or, et pour l’acheter, le portefeuille doit être extensible et peser lourd.

Une situation qui s’explique par les prix qui n’ont pas seulement doublé, mais parfois triplé, voire quadruplé. À Alger, comme il fait très chaud, les prix aussi ont eu chaud et sont même brûlants. Ils atteignent facilement les 60 000 à 120 000, voire 140 000 dinars.

Récemment, le porte-parole de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) a déclaré à la presse que cette année, la flambée des prix ne sera pas importante à la veille de l’Aïd el Adha, alors qu’en réalité, les prix sont loin d’être à la portée de tout le monde. Les citoyens se trouvent alors face à un dilemme entre le devoir religieux et l’argent à dépenser pour ce faire.

Pourquoi ces chiffres ?

Djelfa est une région où l’élevage est l’activité commerciale dominante, grâce aux grands espaces dédiés au pâturage. Nous avons visité cette wilaya où le métier du mouwal, autrement dit, éleveurs de bétail, est transmis de père en fils. Ici, durant l’Aïd el Adha, les Hauts Plateaux se transforment rapidement en une Mecque pour les personnes désireuses d’acheter un mouton au prix abordable.

Nous l’avons visité, à quelques jours de cette occasion religieuse, pour témoigner des bruits qui circulent dans ces lieux de vente du fameux symbole de la fête du sacrifice. La flambée des prix n’est toujours pas exclue, un mouton qui se vendait l’année dernière à 30 000 dinars, est actuellement cédé à 40 000, soit une marge de 10 000 dinars. La meilleure qualité est cédée à 90 000 dinars et après de longues négociations, le mouwal descend le prix à 80 000 DA.

Pour comprendre ces prix qui demeurent chers, nous avons parlé à quelques éleveurs, qui ne nous ont pas caché leurs inquiétudes de ce commerce. Le prix des aliments de bétail qui restent chers, les surfaces de pâturage parfois épuisées sans parler des sécheresses, ainsi qu’un autre souci majeur, celui des intermédiaires qui imposent leur diktat pour gagner par la spéculation. «Tout ça fait grimper le prix», ont-t-ils expliqué.

Durant ces jours, l’activité s’intensifie, et les acheteurs en gros se précipitent pour sélectionner la meilleure marchandise. Ici, beaucoup de revendeurs viennent d’Alger.

«Parfois nous ne nous déplaçons même pas en ville, ici et dans ce marché, toute la marchandise se vend à quelques jours de l’Aïd, tellement l’affluence est importante», nous a raconté un éleveur. «Des personnes achètent en moyenne 5 à 10 moutons pour les revendre en ville, en particulier la capitale», a-t-il rajouté. En réalité, ce sont des spéculateurs qui s’enrichissent durant ces jours. Ils revendent leurs marchandises au prix double, dans les quartiers huppés d’Alger.

Pour témoigner, nous avons fait connaissance d’un résident d’Alger, qui habite aux Eucalyptus à l’est de la ville. Ce dernier, habitué de ce marché, et à chaque fois et à l’approche de cette occasion religieuse, il vient conclure des affaires.

Dans toute cette histoire, il semble que le simple citoyen est toujours livré aux lois des spéculateurs et des intermédiaires. Ces mêmes personnes «déplument» des citoyens de plus en plus noyés dans des dépenses sans fin.

source : le jour d'Algérie

 

Article recommandé

  • Le Directeur de Club des Pins marie son fils/Et réquisitionne tout le Sheraton d’Alger 18 Septembre 2015

  • On a testé pour vous : crème Gommante Hydrabio gommage spéciale peaux sensibles :05 Décembre 2013

  • Quelques idées pour grignoter sain en cas de petits creux au travail :11 Décembre 2014

  • Festival culturel international de la musique symphonique07 Septembre 2014

  • Cancer du sein: 7.000 à 10.000 nouveaux cas par an recensés en Algérie16 Mars 2014

Commentaires


Laissez un commentaire