Le phénomène prend de l’ampleur: Jusqu’à 150 cas de divorce par jour

 

Effarant ! Bien qu’on en parle que très peu, le phénomène du divorce en Algérie prend des proportions «alarmantes». 120 à 150 cas de divorce sont enregistrés quotidiennement selon le président de l’association Djazaïr El Kheir.

Ce constat «triste» d’une société qui tenait pourtant, il n’y a pas si longtemps, à des valeurs ancestrales a poussé l’association à tirer la sonnette d’alarme et à envisager même un projet de formation sur la culture du mariage au profit de nouveaux couples.

Le projet a été lancé mardi a annoncé le président de l’association, Aïssa Belakhdar, lors d’un forum sur la «Réussite familiale», organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la femme au siège du quotidien El Djoumhouria. «Ce projet de formation vise à assurer la stabilité des couples et le maintien des valeurs traditionnelles face à l’effrayant nombre de divorces et la montée des maux sociaux et leurs conséquences sur la dislocation de la structure familiale», a souligné l’orateur qui pense lancer, par ailleurs, un concours prochainement sur «la famille modèle» à travers le territoire national.

Ceci dit, les chiffres officiels, bien qu’ils datent de quelques années déjà témoignent de l’ampleur du phénomène qui tend à se banaliser, changement de mode de vie aidant (nouveaux droits pour les femmes, femmes au travail de plus en plus nombreuses..). Alors que ce changement de mode de vie devrait en principe aider à l’émancipation de la cellule familiale, il est devenu aujourd’hui un facteur de divorce dans bien des cas. Le divorce enregistre dans notre pays, selon certains chiffres, une hausse d’environ 7% par an.

Le nombre des désunions est passé de 29 731 en 2004 à 31 133 en 2006 et 41 549 en 2009. Selon d’autres chiffres officiels plus récents, de 2007 à 2011, le divorce a connu une hausse de 61%, passant de 34 123 à 55 490 cas enregistrés par an. Sur ce nombre de divorces, la répudiation, un droit de l’époux, arrive en tête de liste avec 106 614 femmes répudiées en cinq ans. Selon un bilan de l’ONS rendu public l’année dernière, près de 15% des mariages en Algérie se terminent en divorce. Ainsi, pour un nombre de 387 947 mariages enregistrés en 2013, il a été constaté un nombre de 57 461 divorces contre 54 985 l’année d’avant, soit un taux de 14,8%.

La répudiation comme le montrent ces chiffres, est de loin, la «manière» la plus répandue avec laquelle le divorce est prononcé. Avec les nouveaux droits acquis par les femmes à la faveur de nouvelles lois, il n’est pas dit que ces chiffres «effarants» vont baisser à l’avenir. Le divorce, non seulement sépare les deux époux, mais impacte négativement sur les enfants.

lesdebats.com

Article recommandé

  • astuce nettoyage 01 Mars 2017

  • Flan de thon provençal05 Août 2017

  • Programme des ateliers pour enfants à la ferme pédagogique d’Alger 17 Juillet 2018

  • Voici les cas où le citron peut être dangereux pour vous12 Avril 2018

  • Une étude française relance le débat sur les dangers des téléphones portables 18 Mai 2014

Commentaires


Laissez un commentaire