Radio M en partenariat avec le web magazine zeinelle.com ont le plaisir de vous présenter l'émission #santé et #bien_être : ''Docteur M''

Société Algérienne § économie § Entreprenariat

Et si la boukala était d'origine païenne ?

b

Et si les boukalattes étaient d'origine païenne ?, c'est ce que semble affirmé le site internet -au de la de la rive- !

Le mot "Bouqala" désigne à l'origine un vase d'argile, qui constituait l'objet principal du rituel.

On le remplissait d'eau et on y jetait un bijou en argent dans le but d'y attirer un djinn (une créature dotée de pouvoirs surnaturels).

Puis, on faisait passer le vase aux femmes désireuses de participer au rituel afin que chacune d'elle y dépose une fève qu'elle avait marquée pour pouvoir être identifiée lors du tirage au sort.

Enfin, on couvrait le vase et on procédait aux fumigations, préparées avec du benjoin, des feuilles de henné, quelques gouttes d'huile d'olive, des effilures de vêtements d'une femme non mariée et des petits morceaux de bois prélevés sur sept portes différentes.

Chaque "ingrédient" avait son importance.

Autrefois, les Algéroises animaient leurs soirées en se réunissant autour d'une table basse garnie de friandises et écoutaient une vieille dame leur conter des histoires de djinns, de califes et de princesses.

Certains soirs, elles organisaient une cérémonie secrète et ludique, appelée Bouqala, durant laquelle elles pratiquaient un rituel censé prédire l'avenir.

Tout en préparant cet encens, les femmes s'adressaient au djinn en récitant l'incantation suivante :

"Nous t'avons fait des fumigations de benjoin, apportes-nous de bonnes nouvelles des cafés !

Nous t'avons fait des fumigations de henné, apporte-nous de bonnes nouvelles de Mazghana !

Nous t'avons fait des fumigations avec les effilures de la femme sans mari, apporte-nous de bonnes nouvelles de chez les hommes !

Nous t'avons fait des fumigations avec l'huile, apporte-nous de bonnes nouvelles de chaque foyer !

Nous t'avons fait des fumigations avec des bouts de bois, apporte-nous de bonnes nouvelles de chez les pèlerins !"

Ensuite, on déposait la Bouqala sur le sol et une femme inspirée commençait à réciter les bouqalates (pluriel de Bouqala), des présages de bonne ou de mauvaise augure, récités comme des poèmes.

Article recommandé

  • Communiqué de la DGI : Prorogation du délai d’acquittement de la vignette automobile pour 201802 Avril 2018

  • Riz aux légumes du soleil15 Mars 2017

  • Les bienfaits du lait d’avoine et comment le préparer ?10 Mai 2018

  • Entrée : recette Blinis au saumon27 Décembre 2014

  • Immigration / Des chiffres effarants sur la fuite des cerveaux algériens 01 Septembre 2015

Commentaires


Laissez un commentaire