Société Algérienne § économie § Entreprenariat

L’équipe d’Algérie, un espoir politique et social

#algerie_equipe_nationale

Le parcours de cette équipe, composée en grande partie de binationaux, peut avoir un impact des deux côtés de de la Méditerranée.

Seghir Lazri travaille sur le thème de la vulnérabilité sociale des athlètes. Dans cette chronique, il passe quelques clichés du sport au crible des sciences sociales, ou comment le social explique le sport, et inversement.

Cela ne passe pas inaperçu, mais une victoire de la sélection algérienne est toujours l’objet de scènes de liesse dans les rues d’Alger comme dans les rues de Paris et des grandes villes françaises. En France, la montée de l’extrême droite cristallise encore cette question de l’intégration, et les récents événements en Algérie témoignent quant à eux des nombreuses difficultés, à mettre en place une véritable gouvernance démocratique. Dans quelle mesure cette équipe algérienne, composée en grande partie de binationaux, peut représenter un espoir social ?

L’Algérie et le besoin de cohésion

A l’heure actuelle, et dans un contexte politique particulier, les victoires de la sélection apparaissent comme des bouffées d’oxygène pour une population qui peine à se doter d’un nouveau gouvernement, et qui manifeste tous les vendredis dans la rue pour réclamer plus de transparence politique et de droits démocratiques. Loin d’assigner volontairement une dimension politique à une équipe de football, l’histoire témoigne à juste titre de l’importance du sport et notamment du football comme moteur de cohésion sociale, puisque participant à la création d’un récit national. Comme tenait à le rappeler l’historien Fabien Archambault, le sport «occupe une place de choix dans le processus de construction des identités nationales» et le spectacle sportif qui se caractérise par des flux d’images, alimente «des systèmes de représentation d’une grande stabilité». En d’autres termes, les exploits sportifs constituent un corpus historique dans lequel la communauté nationale vient puiser. Dès lors dans un contexte de forte tension, le football peut jouer un lien entre les individus, mais aussi «entre les hommes et leurs nations». A ce propos, le journaliste Mickaël Correia, dans son ouvrage sur l’histoire populaire du football, revient sur l’épisode de 1958, où des footballeurs «indigènes» quittèrent la sélection française afin de gagner la Tunisie et l’équipe du FLN nouvellement constituée. L’auteur démontre ainsi comment cet événement d’ordre sportif s’est inscrit dans un registre révolutionnaire tout devenant un élément important de la mémoire collective de la nation algérienne.

Modèle de réussite pour la France

Si les victoires et les exploits sportifs constituent des moments importants au sein d’un groupe d’individus, les ratés et les échecs font partie, aussi, de la mémoire collective. Ainsi le match France-Algérie de 2001 (où des supporteurs de l’Algérie avaient envahi le terrain) constitue un événement significatif concernant la question de l’intégration sociale des enfants d’immigrés. C’est à la suite de ce genre de fait que le thème de la binationalité est devenu, depuis une vingtaine d’années, l’objet de recherches en sciences sociales. Les travaux du sociologue Fabien Beyria, revenant spécifiquement sur ce match, mettent en évidence les rapports qu’entretient un individu quant à sa double identité, notamment lors d’un évènement sportif. Pour Fabien Beyria, c’est avant tout une socialisation sportive spécifique, associant football et appartenance culturelle qui donne une dimension politique un match. C’est pourquoi, si la binationalité concerne une petite partie de la population globale, les tensions propres à ce statut s’expriment grandement dans le monde du sport et particulièrement en fonction des pays concernés.

Le sociologue Vincent Geisser souligne judicieusement ce point de vue, à géométrie variable, porté sur la double nationalité. Selon le chercheur, la binationalité franco-algérienne est toujours l’objet d’une forte suspicion. Et pour cause, l’affaire des quotas en 2012 dans l’accès à la formation sportive pour les binationaux, démontre comment ce fantasme de la «double allégeance nationale» est source de tension. Dès lors, au regard de la sélection algérienne composée de 14 joueurs à la double nationalité (exclusivement franco-algérienne), il est important de ne pas confondre, comme le notait le politologue Hervé Andrès, la nationalité étatique et la nationalité sportive. En effet, les pays reconnus par la Fifa sont par exemple plus nombreux que ceux reconnus par l’ONU, un joueur peut étatiquement être affilié à un pays et sportivement à un autre, et ainsi servir deux nations dans des registres différents. Par conséquent, ces 14 joueurs sont aussi français que les joueurs de la sélection française, et sont tout autant représentatifs de la nation française. En ce sens, leurs performances sportives peuvent apparaître comme des symboles d’excellence sociale aux yeux de la population française. Concernant les enfants d’immigrés algériens (et pas que), la victoire sportive, de par sa capacité aussi à rassembler des individus d’une même origine, permet socialement de refonder ou de consolider ce que l’on nomme en sociologie, le lien d’affinité élective. Ce lien correspond à l’ensemble des rapports sociaux qu’un individu entretient avec son groupe de pairs notamment culturel. Renforcer ce type de lien, permet aux individus d’une même origine culturelle d’acquérir une forme de protection et de reconnaissance, favorisant, de fait, une meilleure estime de soi et une plus grande faculté d’intégration à une nation.

L’équipe d’Algérie de par sa diversité, peut constituer à la fois, un moteur de cohésion pour la société algérienne en proie à des difficultés politiques, mais aussi être un exemple de réussite sociale pour de nombreux Français issus de l’immigration.

liberation.fr

Article recommandé

  • Recette sirop contre la toux fait maison 25 Décembre 2017

  • journée de la femme : Brunch dansant 06 Mars 2015

  • Confiture d'abricots aux amandes29 Mai 2014

  • Incendie au Tribunal d’Alger/ De précieuses archives parties en fumée31 Janvier 2017

  • Omelette express aux poivrons et sésame24 Septembre 2017

Commentaires


Laissez un commentaire