Drogue : des parents désespérés lancent un SOS

fDrogue : des parents désespérés lancent un SOS

Source : reporters.dz

Des mamans éplorées et des pères désespérés interpellent les pouvoirs publics, les médias, la justice, les services de sécurité, les associations caritatives, les psychologues, médecins, pharmaciens, imams, qui doivent apporter leur contribution pour annihiler le phénomène de consommation de drogue récurrent qui gangrène notre société.

En dépitdes actions conjuguées des services de sécurité, de la sévérité de la justice et des actions sporadiques de sensibilisation, la drogue s’est ancrée dans les villes, les villages, douars, cités et quartiers, où elle fait des ravages. La jeunesse est exposée à ce mal du siècle et toutes les couches de la société, selon des spécialistes, ne sont pas épargnées par ce phénomène, auquel même les fi lles n’échappent pas.

Des parents angoissés se sont rapprochés de nous pour tirer la sonnette d’alarme et interpeller les pouvoirs publics, dont la mission est de veiller à la santé, à la quiétude et à la sécurité des citoyens. L’un d’eux, un sexagénaire père de cinq enfants, nous confi e : «La commercialisation des psychotropes bat son plein dans la wilaya de Guelma, car des individus, prétextant des maladies spécifi ques, se font délivrer ces cachets par certains médecins complaisants. Ils se font délivrer plusieurs ordonnances et ont la possibilité d’en acquérir auprè des offi cines.

Ces délinquants ont leur clientèle fi délisée qui paie rubis sur l’ongle pour acquérir ces psychotropes qu’ils consomment régulièrement. Leur eff et est néfaste sur leur organisme et leur cerveau et c’est ce qui explique la recrudescence des actes de violence.» Un boucher qui a assisté à la discussion renchérit : «Des jeunes devenus accros à cette drogue deviennent subitement agressifs et n’hésitent pas à poignarder et à tuer des innocents, parfois leurs proches, pour voler des objets de valeur, des sacs, des portefeuilles, des téléphones portables et des bijoux en or.

L’essentiel est d’avoir de l’argent pour se ravitailler auprès des dealers.» Ce phénomène commence à faire tache d’huile et c’est ce qui suscite le désarroi des familles, même celles qui sont honorablement connues. Chaque nuit, des bandes de voyous investissent des squares, lieux publics, cités, quartiers périphériques pour s’adonner à des scènes de vendetta en exhibant des sabres, épée et poignards, semant la terreur au sein des riverains. Combien de véhicules, d’équipements publics ont été ravagés, détériorés par ces drogués déconnectés. Des crimes, des viols, des agressions, des violations de domicile sont enregistrés quotidiennement.

Les services de la gendarmerie et de la sûreté à Guelma eff ectuent des opérations coup-de-poing, des descentes, des rafl es, des contrôles d’identité dans des lieux sensibles et procèdent à des saisies de drogues et de psychotropes, ainsi qu’à des arrestations et à des mandats de dépôt. Mais ces actions ne semblent aucunement décourager la bête immonde, puisque le phénomène persiste. Les parents doivent jouer leur rôle en veillant jalousement sur leurs enfants et en étant intransigeants dans leur éducation.

 

Article recommandé

  • Alger: les bus bleus à l'arrêt, les employés de l'ETUSA en grève04 Décembre 2015

  • Les boulangeries obligées d’utiliser un emballage en papier :Finie la vente du pain dans des sacs03 Août 2019

  • #bon_plan_confinement : visitez en ligne ces 500 musées gratuitement depuis votre canapé20 Mars 2020

  • Boumerdes : Atelier développement personnel, Gestion Du Stress 23 Novembre 2016

  • Le Grand Vide Grenier 18 Février 2019

Commentaires


Laissez un commentaire