Société Algérienne § Culture § économie

Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie !

#cancer_tyroide_algerie_femme

Les pathologies cancéreuses les plus fréquentes chez la femme (cancer de la thyroïde, du sein, du col de l’utérus) ont été au centre des débats jeudi dernier, à l’occasion des 14es journées médicochirurgicales du CHU Mohamed-Nedir de Tizi-Ouzou qui ont débuté mercredi dernier, avec au menu de nombreux thèmes liés à l’actualité médicochirugicale.

Le Dr I. Dahliz  du service d’épidémiologie du même établissement hospitalier a présenté une étude rétrospective et descriptible dont l’objectif est d’expliquer la tendance évolutive du cancer de la thyroïde dans la wilaya de Tizi-Ouzou de 2007 à 2011 ainsi que les caractéristiques socio-épidémiologiques de cette pathologie qui, indiquera-t-il, est trois à cinq fois plus fréquent chez la femme que chez l’homme et dont le taux d’incidence est caractérisé par une grande disparité géographique. «En Algérie, le cancer de la thyroïde, peu fréquent chez l’homme, est, depuis quelques années, le troisième cancer féminin», rappellera l’orateur, qui indiquera que la tendance est la même à Tizi-Ouzou, où le cancer de la thyroïde chez la femme occupe la 3e place en 2016 avec un taux d’incidence de 10,37% contre 2,38% pour l’homme.

Sur 131 cas de cancer de la thyroïde chez les deux sexes. Durant la période de l’étude, il a été enregistré 131 cas de cancer de la thyroïde dont 106 chez la femme. La proportion occupée par le cancer de la thyroïde par rapport à la totalité de la pathologie tumorale est de : 1% des cancers chez l’homme à Tizi-Ouzou, 3,5 des cancers chez la femme à Tizi-Ouzou. L’âge médian du cancer de la thyroïde est de 48 ans. «Devant l’augmentation des taux d’incidence au fil des années, nous pouvons supposer que la liaison peut être faite avec l’effet du dépistage, et l’évolution du nombre de découvertes «fortuites» consécutives à l’évolution des pratiques médicales et aux nouveaux moyens de diagnostic», fera observer ce spécialiste.

Détail très discuté dans les débats, les facteurs de risque. La carence en iode, les facteurs nutritionnels, reproductifs, menstruels, hormonaux, anthropométriques (prise de poids) sont des facteurs de risque fortement suspectés sont mis en cause dans la littérature. Dans une moindre mesure, on évoque, également, l’exposition à des polluants environnementaux chimiques, comme les pesticides, connus pour être des perturbateurs endocriniens.
L’étude descriptive menée à Tizi-Ouzou à partir des registres tenus au niveau du service concerné du CHU, n’a pas permis de déterminer avec exactitude  l’origine de cette forte prévalence de cette tumeur qui touche, particulièrement, les femmes. «Des études analytiques sont nécessaires afin de rechercher les facteurs de risque propres à la région», dira l’auteur de la présentation qui préconise que le cancer de la thyroïde «devrait aussi bénéficier d’un enregistrement à part en raison de la progression particulièrement rapide de son incidence durant la dernière décennie».

Lesoirdalgerie.com

Article recommandé

  • Red Bull Car Park Drift Algeria16 Octobre 2017

  • Laisser bébé pleurer pour garantir son sommeil... et celui des parents27 Novembre 2013

  • 84% des marques de café - non conformes - à la législation en Algérie13 Novembre 2018

  • Recette du masque éclat pour la peau au pollen18 Mai 2021

  • AT invite ses clients à profiter du service de réception des factures téléphoniques par SMS10 Avril 2018

Commentaires


Laissez un commentaire