Société Algérienne § Culture § économie

Jugée dégradante pour la femme algérienne : appel à la suppression de la mention « divorcée »

#divorce_algerie_femme_état_civil

Des juristes et avocats semblent prendre conscience du tort et de l’atteinte à l’image de la femme divorcée,  que cause l’inscription de ce statut,  sur ses documents d’état-civil, notamment l’extrait de naissance.

D’où l’appel d’un certain nombre d’entre eux, à n’en plus faire mention sur ce type de documents, d’autant plus, estiment-ils, que les cas de divorces, en Algérie, prennent de plus en plus d’ampleur, survenant parfois, le jour même de la nuit de noces. Ainsi ces juristes et avocats, selon Echorouk, révèlent la perspective de déclarer nul et non avenu par les tribunaux  tout mariage n’ayant pas été consommé ou n’ayant pas satisfait à certaines exigences légales. Ainsi, l’épouse ne sera pas légalement considérée comme « divorcée », ce qui n’est pas le cas actuellement, précisent-ils. Une avancée d’autant plus à même d’être généralisée qu’une décision de justice émanant du tribunal de la commune de Larbâa (W de Blida), a fait jurisprudence : le juge, a en effet, annulé un contrat de mariage au profit d’une jeune fille qui a prouvé que ledit acte avait été entériné sans que certains de ses critères n’aient été satisfaits, dont notamment, la dot. Conséquences inédites, la « divorcée » ne sera pas considérée comme telle au niveau des services d’état-civil.

algeriemondeinfos.com

Article recommandé

  • Recette anti cholestérol : Concombre fourré au thon10 Février 2014

  • astuce en image : gommage au sucre pour peau séche 21 Novembre 2017

  • Alger : atelier lecture et conte au Bastion 2319 Décembre 2016

  • Pain perdu à la compote de pommes06 Septembre 2015

  • Le phénomène du féminicide prend de l’ampleur en Algérie14 Septembre 2020

Commentaires


Laissez un commentaire