Société Algérienne § Culture § économie

Une expression, une histoire : poupiyat hadjout – La poupée de Hadjout

#poupiya_hadjout

Poupiyat hadjout, ou poupiyat laqwass (arcades) est une expression algéroise du siècle dernier, pour désigner et railler une femme grossièrement fardée, et lourdement apprêtée.

Brahim Hadjout, en astucieux commerçant, avait trouvé la combine pour attirer sa curieuse clientèle à son magasin, situé au 11 rue de la Lyre, à la Casbah. Pour mettre en valeur ses marchandises et attirer les passants, Brahim s’était doté d’un mannequin mécanique de vitrine, créant ainsi l’événement auprès des habitants de la médina. Il faut dire qu’il était l’un des seuls, si ce n’est le seul qui disposait d’un tel artifice de vente. Ainsi, on passait souvent devant son magasin, pour admirer la façon dont serait apprêtée le mannequin, communément appelé poupiyet (poupée) hadjout, en référence au nom du propriétaire.
 
Ainsi, il devint d’usage de désigner une riche citadine, fièrement parée et savamment enjolivée en la comparant à une poupée de vitrine, et par conséquent à poupiyet hadjout. Au départ l’expression n’avait donc rien de péjoratif, même si elle servait de glaives aux pics lancés par excès d’envie ou de jalousie.
Avec le temps, et les changements de tendance, l’expression a viré, et ne désigne désormais plus qu’une personne à la mise en beauté grossière, et exagérée.
 
Derrière la petite histoire, celle d’un grand homme, dont le nom éternellement lié à l’expression, est aujourd’hui méconnu du grand récit.
 
Brahim Hadjout, l’homme aux multiples facettes
 
D’origine mozabite, Brahim Hadjout est un grand commerçant de la Casbah. Il est né en 1897, et fréquente l’école de la rue Boutin, qui se trouve en face de la mosquée Ketchawa. En grandissant, il devint vendeur de tissus au 11 rue de la Lyre, mais aussi négociant, et propriétaire du bain maure rue (ex)Solférino, qui porte aujourd’hui son nom.
Brahim Hadjout a d’autres cordes à son arc, reconnu pour sa générosité et valeurs humaines, il était vice président de la mosquée mozabite de la rue Tanger. Il était également un généreux bienfaiteur pour le club auquel il était dévoué : le MCA (Mouloudia d’Alger), qu’il dirigera en tant que président et vice président dans les années 30. Il participera grandement à l’ascension et à l’évolution du Club.
 

Le football étant intimement lié à la cause nationale dans ces années-là, Brahim Hadjout militera également activement pour la cause indépendantiste. Redouté et recherché par les services français, il sera arrêté une première fois en 1956, pour être à nouveau appréhendé et torturé en 1962. Brahim Hadjout succombera à ses blessures à l’âge de 65 ans, sans avoir connu l’Algérie indépendante.

 

babzman.com

Article recommandé

  • Astuce du jour : boucles rapides21 Mai 2016

  • Actualisé : DJEZZY organise pour les soirée du Ramdane : 29 Juin 2014

  • A emporter au travail : Salade bocal, tomates séchées et mozzarella25 Février 2018

  • Ecole Artissimo organise des journées portes ouvertes 11 Mai 2015

  • Astuce en image : remède contre la fièvre05 Janvier 2016

Commentaires


Laissez un commentaire