Bien-être § Santé § Maman

La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens réduit considérablement la fécondité

#fertilité 
 
Selon les résultats d’une étude présentée au congrès annuel de l’#EULAR (European League Against Rheumatism) qui s'est tenu à Rome en 2015, la consommation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ( aspirine ou l'ibuprofène ) réduit considérablement la fécondité des femmes :
 
Les AINS ont une action inhibitrice sur des hormones (#prostaglandines) intervenant dans plusieurs étapes de la reproduction et notamment dans l'ovulation, le transport de l'ovule et son implantation. Les AINS pris à #long_cours entraîneraient une infertilité en empêchant l'#ovulation. Ces données concernent tous les AINS, y compris les "#coxibs". 
 
L’équipe du Pr Sami Salman, du département de rhumatologie de l’université de #Bagdad (Irak), a étudié 39 femmes souffrant de maux de dos chroniques et en âge d’avoir un enfant. Les patientes ont été réparties dans plusieurs groupes, et traitées avec différent types d’anti-inflammatoires. Les femmes du premier groupe ont reçu du #Diclofénac (100 mg une fois par jour), le deuxième du #Naproxène (500 mg deux fois par jour) et le troisième de l’#Etoricoxib (90 mg, une seule fois par jour). Les traitements ont débuté dix jours après la fin des cycles menstruels.
 
Après seulement #dix_jours de traitement, nous avons pu constater dans l’ensemble des groupes une baisse significative de la #progestérone, une hormone essentielle pour l’ovulation », explique le Pr Salman. Chez les femmes ayant reçu du Diclofénac, seules 6,3 % ont ovulé. Elles n'étaient que 25 % dans le groupe Naproxène et 27,3 % pour le groupe Etoricoxib. De plus, les #follicules ovariens, chargés de produire la progestérone, étaient bien moins actifs après l’absorption des AINS, or, leur rôle est primordial dans le processus d’ovulation. (2)
 
Il est important de rassurer les femmes que l'infertilité sous #AINS est réversible quelques semaines aprés leur arrêt.
 
Les anti-inflammatoires stéroïdiens (#corticoïdes) n'affectent pas la fécondité mais ils peuvent être une cause d'irrégularités menstruelles.
 
Il est pertinent de rechercher une consommation au long cours d'AINS devant une infertilité, avant de mettre en route des examens pour explorer la cause de l'infertilité et une fécondation médicalement assistée.
 
 
Docteur Lahbib, Pharmacien d'officine.

Article recommandé

  • 1er salon de la cybersécurité26 Août 2017

  • Tagliatelles de courgette04 Avril 2018

  • « Kafa to come » : deuxième édition de l’événement Networking de la diaspora Algérienne 03 Mars 2018

  • « Meursault, contre-enquête » livre du journaliste et écrivain Kamel Daoud présélectionné pou07 Septembre 2014

  • Légumes rôtis au four21 Novembre 2017

Commentaires


Laissez un commentaire